👑 Les dernières levées : Chefclub, Alma, Indy, Pigment, Potloc, Clubhouse...#18

Hello les Insiders,

J’espère que la pause de Noël vous a fait du bien 🎄 😘

De mon côté les batteries sont chargées à bloc et prêt pour une année 2021.

Hâte que l’on soit un peu plus libre, pour que l’on puisse très vite organiser une rencontre entre nous, la communauté “The VC Insider” 🥳 Pourquoi pas le faire via Clubhouse pour commencer ? 📻 🎙️

Pour cette première newsletter 2021, on va commencer par faire le point des dernières levées 💸 💰


Les dernières levées 💸🥳💰

Chefclub 🇫🇷

C’est un média en ligne qui propose des recettes de cuisine, avec une dimension éducative et e-commerce, pour les grands et les petits 👩‍🍳

Leur force a été pendant 5 ans de construire leur marque et une forte présence en ligne au travers des réseaux sociaux. Ils ont plus 2M d’abonnés sur Insta et 1,6M sur Youtube, avec plus de 430M de vidéos vues depuis mars 2016. Donc c’est vraiment un média qui cartonne. D’après le communiqué de presse, ils annoncent un total 1Md par mois de vues, pour l’ensemble de leurs contenus en ligne 💪

Au niveau du fundraising, ce qui est marquant est l’age de l’entreprise, qui a été fondé il y a 5 ans. Elle a eu des early-backer en 2016, comme Global Founders Capital et Kima, puis un autre tour en 2017 avec Daniel Marhely, Antoine Martin, Alexis Bonillo, Korelya Capital, Aglaé Ventures, Financière Saint James. Ensuite une traversée du désert de 3 ans, qui aurait pu être perçu comme une perte de momentum. Mais non, le momentum a été bon, ils viennent de boucler un tour à €14M, fait entrer SEB Alliance, le fonds corporate du groupe SEB et First Bridge Ventures (et les autres investisseurs ont suivi). Par contre seulement un seul fonds corporate au board, ce qui peut-être tendu en termes d’options de sorties ? Et pourquoi pas de top-tier VCs qui ont mené le tour et juste un fonds inconnu, qui commence à peine son activité d’investissement ? 🤔

À noter qu’il y a de la concurrence aux USA 🇺🇲 avec Tastemade qui a levé au total $105M.

Le financement d’un média par un VC est une chose rare. Le modèle est très human-intensive. Il requiert une sensibilité forte pour comprendre la psychologie des utilisateurs et savoir s’adapter aux tendances. Il demande beaucoup de créativité et peu d’ingénieries. C’est comme un éditeur de jeu vidéo ou un producteur de musique, qui doit en permanence créer des “hits”, pour rester au top. La prédictibilité du succès restant impossible à anticiper pour les médias, les VCs préféreront toujours investir dans un logiciel B2B qui est plus lisible et bien codifié.

Alma 🇫🇷

La startup propose un système de paiement en ligne en plusieurs fois. Les marchands peuvent installer l’outil, qui interviendra lors du check-out client. La startup paie le marchand directement de la somme globale et prend la responsabilité de récupérer chaque versement tous les mois auprès de leur client. À la différence d’une carte de crédit, le modèle est nouveau, car il déplace l’usage vers le marchand.

Cette startup a un beau momentum au niveau investissement VC. Elle enchaîne les levées avec un bon rythme :

  • un seed de €3,3M, avec ISAI, Idinvest et Kima, en juin 2019

  • une series A de €12,5M, avec ISAI, Idinvest Partners, Picus Capital 🇩🇪, Financière Saint James, en mars 2020, donc 10 mois après le seed.

  • une series B de €49M, avec Seaya Ventures 🇪🇸 et Cathay Innovation, ainsi que les anciens investisseurs Picus Capital, Financière Saint James et Idinvest Partners, qui a été annoncé il y a quelques semaines, donc 11 mois après la series A

Cette startup est super “bullish”. Elle semble avoir un beau moteur sous le capot qui plaie beaucoup aux investisseurs. Mais c’est quoi leur secret ? Leur unique-insight-market ? Car la concurrence est très forte sur ce marché. De nombreux acteurs comme CreditUnited, ou même les super licornes comme Klarna, Affrim et Afterpay, qui proposent la même offre. Ok, le marché est très gros et les nouveaux usages ne font que le rendre plus sexy. Mais je me demande tout de même ce qu’apporte Alma de différent et sur quoi ont parié les VCs 🤔

Indy (ex.Georges.tech) 🇫🇷

Cette startup propose un super produit de gestion comptable pour les indépendants, les solo-preneurs et freelances. Une UX de dingue et une promesse d’automatisation des tâches administrative qui fait rêver 🤩

Cette startup a aussi le vent en poupe et enchaîne bien les levées, avec des VCs super exigeants. Un dernier deal, une series B de €35M, qui a été très compétitif à ce qui se raconte dans le milieu VC. Un deal qui a été annoncé récemment, alors qu’il a été finalisé fin 2020. Il a été remporté par Jeremy Uzan, qui a monté le fonds Singular, avec son ami Raffi Kamber. Un lien de confiance existait déjà entre Jeremy et Côme le CEO de Indy, car Jeremy avait fait la series A, quand il était encore chez Alven (ligne suivie maintenant par Bartosz Jakubowski chez Alven). Comme quoi l’individu qui fait le deal et plus important que le fonds lui-même 👊

Ça va être rigolo de voir comment nos deux champions français de la comptabilité, Pennylane et Indy, se hissent sur le toit de l’Europe, et s’imposent comme des catégories leaders dans leur secteur, qui est lui aussi très compétitifs, chacun dans sa verticale 💪

Pigment 🇫🇷

Cette startup est particulière, car elle a été créée par deux high-profils du monde des startups, qui ont calibré day-one leur entreprise pour être VC-compatible :

  • Eleonore Crespo, qui a été VC chez Index pendant deux ans et a été au board de Alan et Spendesk, mais aussi data analyste chez Google. Un CV qui rassure grave et un parcours qui la rend par défaut VC-compatible.

  • À ses côtés on a un entrepreneur chevronné, ancien fondateur et CTO de Criteo, rien que ça : Romain Niccoli

Sur le papier on a un couple de fondateurs first-class. D’un côté un entrepreneur qui a côtoyé le très haut niveau de l’entrepreneuriat, une IPO tout de même. Et de l’autre une technicienne qui connaît le VC-game par cœur. Ça donne un combo unique sur le marché, qui travaille sur un sujet qui a un gros “total addressable market”, le marché du business forecasting.

Donc rien de surprenant, que de voir Firstmark, Blossom et Frst préempter la series A (ou plutôt la pré-series A), et ne pas hésiter à parier une grosse somme pour ce premier tour officiel : $25M.

Potloc 🇫🇷

Cette startup française, qui a fait le pari d’attaquer les USA, en passant par le Canada et nos cousins les Québécois 🇨🇦, a fait une nouvelle levée de fonds, qui semble valider leur prise de risque.

Pour rappel, Potloc est un service d’étude de marché qui utilise les réseaux sociaux pour trouver des cibles pertinentes.

La startup avait séduit en France le fonds Caphorn et en particulier Romain Vidal (l’expert du retail-tech). Cette series A de €16M arrive 33 mois après le premier tour. Un tour mené par Brightspark Ventures.

C’est la deuxième startup de Romain Vidal qui réussit son pari en Amérique du Nord. Cette deuxième startup est Simplifield. Pour en savoir plus écoutez l’interview du CEO Benjamin Zenou

L'interview de Benjamin 🎙️

Clubhouse 🇺🇲

C’est “Ze” réseau social qui fait beaucoup de bruit, et qui a encore fait une belle levée d’environ €100M avec Andreessen Horowitz (a16z), pour une valo post-money de $1Md 🦄. Sachant que cette startup n’a qu’un an d’existence, avec seulement une dizaine d’employées, ce genre de parcours est très rare.

Mais pourquoi un tel engouement ? Parce que ce genre de réseau social, qui cartonne day-one, est rare à trouver sur le marché. Tous ceux qui ont raté les derniers, ne veulent pas faire l’erreur une deuxième fois. Un réseau social, un “play B2C”, est dur à mettre en œuvre, mais lorsque ça décolle, alors les sorties sont souvent colossales.

En France 🇫🇷 on a Yubo (et aussi eu Zenly), qui est pour l’instant backé par des VCs français, mais les fonds US ne devraient pas tarder à se positionner sur le prochain tour, car Yubo monétisent déjà eux, à la différence de Clubhouse 😉💰

Pour moi la magie de Clubhouse a été de digitaliser le bâton de parole, qui permet d’avoir des discussions “Reddit-like” à l’oral et à découvert, fini les trolls. C’est quoi votre point de vue ?

Share


Les autres levées en bref 💸 :

Deliveroo 🇬🇧 :

La startup de livraison de nourriture, a levé $180M avec Durable Capital Partners et Fidelity, pour une valorisation autour de $7Md.

Cela est un signe avant coureur d’une introduction en Bourse prévue à Londres 💂

Tink 🇸🇪 :

La plateforme d'open banking suédoise, a levé €85M pour une valorisation post-money de €680M, avec Eurazeo Growth, Dawn Capital, PayPal Ventures, HMI Capital, Heartcore, ABN AMRO Ventures, Poste Italiane et BNP Paribas.

Avec l’acquisition ratée de Plaid 🇺🇸 (par Visa), Tink a un boulevard pour prendre des parts de marché à cette startup américain, qui a perdu des plumes et du temps, avec cette opération avorté de $5Md.

Weezy 🇬🇧 et Gorillas 🇩🇪 :

Weezy 🇬🇧 est un service de livraison de produit d’épicerie (dépannage) livré en 15 minutes, a levé une series A de $20M, avec Left Lane Capital, DN Capital et Heartcore Capital. La startup Gorillas 🇩🇪 est sur le même modèle et elle a levé $44M avec Coatue.

On attend alors une grosse levée pour le frenchy Labellevie 🇫🇷, car le marché semble s’affoler sur ce genre de service, même si le modèle est légèrement différent. Pour l’instant c’est Cajoo qui fait une belle échappée en France, avec un deal récemment signé avec XAnge et Frst, pour un montant de €6M.

Discord 🇺🇲 :

La plateforme de chat pour gamer (and beyond), a levé $100M à une valorisation de près de $7Md.

Cargo.one 🇩🇪 :

La plateforme allemande de réservation en temps réel pour le fret aérien, a levé une series B de $42M, avec Bessemer Venture Partners, Index Ventures, Creandum, Point Nine et Next47.


Cette édition vous a plu ? Faites-le-moi savoir en ajoutant un petit ️.

Certaines personnes de votre entourage pourraient être intéressées par cette édition ? Transférez cet email ou cliquez sur le bouton ci-dessous.

Share

Je vous souhaite une excellente journée à toutes et à tous !

Julien 😘